Save the Children prone la Discipline Positive à Abengourou en Côte d’Ivoire

Thursday 10 August 2017

Amener les parents à abandonner les châtiments corporels et humiliants à l’encontre de leurs enfants ne pourra être entendu qu’à la condition de leur proposer des alternatives. C’est cet objectif que vise la sensibilisation sur la discipline positive au quotidien à la maison, approche prônée par Save the Children.

Une trentaine de femmes d’une association de quartier de la ville d’Abengourou dénommée AFOLO (Association des Femmes Objectives de Lobikro) viennent de bénéficier du renforcement de leurs capacités sur cette approche à éduquer leurs enfants sans recourir à la violence. C’est en larmes que la présidente de l’association, celle qui est appelée « Kadhafi » par ses enfants, témoigne sa gratitude aux animateurs . « C’est pour des gens comme moi que ce programme est conçu » disait-elle pour commencer. « Mon souci de voir mes enfants être des modèles m’a transformée en dictatrice. Au lieu d’être un soutien pour eux, j’ai plutôt été celle qui les juge, les désapprouve à tout moment, au point que nous sommes en conflit permanent à la maison. J’ai tout raté avec les adolescents. J’espère seulement pouvoir réussir avec les plus petits grâces aux principes de la discipline positive ». Plusieurs autres femmes ont dit leur satisfaction d’avoir participé à ces séances de sensibilisation qui leur ont beaucoup apporté.

Les circonstances de la rencontre de ce groupement de femmes méritent d’être exposées. En effet, l’une de ses membres s‘est rendue coupable d’actes de maltraitance envers sa domestique dont le cas a été signalé au bureau de Save the Children à Abengourou. La gestion du cas en collaboration avec le service protection de la Direction Régionale du Ministère de la Femme et de la Protection de l’Enfant a abouti à une réunification de la victime avec ses parents. Cependant, la mise en cause s‘est sentie humiliée et trahie par sa voisine qu’elle soupçonne de l’avoir dénoncée. Alors, ayant expliqué sa mésaventure (en prenant le soin de masquer la vérité) à certaines de ses associées, elles ont décidé par solidarité de donner une correction inoubliable à la voisine en question. Mais avant de mettre leur projet en exécution, le personnel de Save the Children a de nouveau été saisi. L’idée de sensibilisation sur la discipline positive a germé au cours de la gestion de cet autre cas qui a mis à contribution l’instance dirigeante de l’association.

Fait à Abengourou, le 23 Juin 2017

Par Kra Emile, Chargé de Programme Protection